logo epuisette.png
L'épuisette, une sélection de poissons, coquillages et crustacés d'exception à Capbreton, Hossegor & Seignosse

L'amour chez les espèces marines

En février, difficile de passer à côté de la Saint-Valentin. Mais les histoires d’amour ne sont pas réservées uniquement aux humains. La reproduction des poissons, coquillages et crustacés, varie d’une espèce à l’autre.


Petit tour d’horizon des modes de reproduction chez les principales espèces marines de l’Épuisette. En plus de découvrir quelques anecdotes, vous saurez quand consommer coquillage, poissons et crustacés.


Saumon : Le saumon sauvage est un sentimental, bien qu’il migre en mer 2 à 3 ans après sa naissance, il retourne se reproduire dans les eaux qui l’ont vu naître. Contrairement à plusieurs espèces, les saumons forment des couples. Cependant, bien souvent, épuisés par leur voyage, le mâle et la femelle décèdent peu de temps après la reproduction. Les œufs, quant à eux, une fois fécondés restent au fond jusqu’au printemps quand la température de l’eau s’adoucit.


Lotte : La lotte ou baudroie se reproduit entre décembre et mars. Les femelles pondent la nuit et peuvent libérer jusqu’à 1 000 000 d’œufs. Cette espèce atteint sa maturité sexuelle vers l’âge de trois ou quatre ans.


Bar : Pour le bar tout est question de température. La maturité sexuelle varie selon l’habitat. Plus l’eau dans laquelle évolue le bar est chaude, plus le bar atteint sa maturité sexuelle rapidement. La température de l’eau influe également sur la période à laquelle les bars (ou loups de mer) vont se reproduire. Généralement cette espèce se reproduit entre décembre et avril.


Homard : le homard est une espèce solitaire sauf pendant la saison des amours. La reproduction a lieu après la mue de la femme qui sécrète des phéromones perçus par le mâle. À l’issue de la fécondation, les deux individus partagent le même habitat pendant quelques jours avant de se séparer. La femelle va conserver les œufs fécondés sous son ventre pendant environ 8 mois.


Bulot : Le bulot c’est un des produits de la mer les plus consommés. Il est sur tous les plateaux de fruits de mer et n’a plus de secrets pour les pêcheurs de Kermarée. Les individus mâles et femelles sont facilement identifiables. Les attributs masculins peuvent d’ailleurs atteindre la moitié de la coquille du mâle. Ce n’est que vers 4 ans, quand les bulots mesurent environ 5,5 cm qu’ils sont aptes à se reproduire. Dans la Manche, la période de reproduction a lieu entre novembre et décembre et les femelles pondent environ 2 mois plus tard. La future génération de bulots éclot ensuite entre février et mars.


Tourteau : La reproduction du tourteau est assez similaire à celle du homard : la femelle est fécondée après sa mue. Cependant les histoires d’amour du tourteau sont courtes. Les couples se forment 10 jours avant et se séparent 5 jours après l’accouplement. Pendant cette période aucun des deux ne se nourrit. Les œufs seront fécondés plusieurs mois après, lors de la ponte.


Coquille Saint Jacques : La coquille Saint-Jacques est hermaphrodite et le corail contient les attributs masculins (partie blanche) et féminins (partie orange). La coquille Saint-Jacques se reproduit donc de manière autonome. La première reproduction est souvent observée vers l’âge de 2 ans- 3 ans. La partie mâle est mûre avant la partie femelle et la maturité est atteinte à 102 mm, même si la fécondité maximale se situe vers 115mm. Pendant la période de reproduction, le corail se vide puis se reconstitue. Les larves restent à la surface pendant quelques semaines avant de tomber au fond pour former leur premier morceau de coquille.