logo epuisette.png
L'épuisette, une sélection de poissons, coquillages et crustacés d'exception à Capbreton, Hossegor & Seignosse

Les spécificités de la pêche au tourteau

Dernière mise à jour : 27 oct. 2020


En ce mois d’octobre, c’est la pleine saison de la pêche au tourteau. Le caseyeur avec son équipage de 7 matelots prend la mer pour une dizaine de jours afin de pêcher principalement des tourteaux.

C’est la marée qui détermine le début de la pêche, les pêcheurs partent au moment des mortes-eaux. Le tourteau est en effet capricieux, on ne peut le pêcher que lorsque le coefficient ne dépasse pas les 80. Au-delà, le courant est trop fort et les casiers pourraient être altérés.

La première journée en mer est la plus calme, il s’agit de rejoindre la zone secrète dans laquelle, les casiers seront déposés. Chaque équipage garde farouchement sa zone de pêche secrète pour dénicher tourteaux, langoustes, homards…

Une fois sur place, chaque marin commence à bouetter les casiers, c’est-à-dire appâter en déposant des déchets de poissons dans chaque casier pour y attirer les précieux crustacés. C’est une tâche longue et fastidieuse, le bateau contient environ 1 000 casiers qu’il faut remplir un à un avant de mouiller la filière. Ce crabe savoureux se mérite !

La filière, cette grande corde contenant environ 150 casiers est ensuite mise à l’eau. Les filières sont toutes déposées de manière parallèle au même endroit afin de pouvoir les surveiller puis les remonter plus facilement. L’équipage surveille les filières toute la nuit avant de les remonter au petit matin. La pêche a été bonne, chaque casier contient entre 2 et 6 tourteaux auxquels viennent également s’ajouter des homards ou des langoustes.

La pêche au casier est une pêche douce et sélective, tous les crustacés jugés trop petits sont rejetés à la mer en attendant qu’ils atteignent une taille suffisante pour pouvoir être pêchés. La même routine se répète pendant les 7 prochains jours. Lorsque les coefficients deviennent plus importants ou que la cale est pleine les pêcheurs rentrent au port. Les crustacés pêchés sont stockés dans les viviers du caseyeur qui peut en contenir environ 15 tonnes.

Une fois au port, les crustacés sont débarqués, transportés dans des camions viviers, ils rejoignent les viviers avant d’être expédiés vers les restaurants et les viviers des poissonniers.